Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Journal du (re)(re)confinement

Une initiative (encore et toujours aussi) originale

Jour 3.41

Jour 3.41 : C’est intéressant, les effets de la crise sanitaire sur nos habitudes syntaxiques. Le premier confinement avait remplacé le « cordialement » par « portez-vous bien ». C’était un peu naïf mais c’était mignon. Je connais des gens qui ont encore, dans leur signature automatique de mail : « prenez soin de vos proches et portez-vous bien ». Sans doute des gens à qui ça a demandé un effort considérable de faire les modifications dans Outlook la première fois, et qui ne veulent pas recommencer. Du coup ça donne des messages du style : « Franchement elle saoule cette grosse truie mais je vais le faire quand même, pour éviter que l’autre enfoiré ouvre encore sa grande gueule en comité de pilotage de mon cul. Prenez soin de vos proches et portez-vous bien ».

 

Dans le même ordre d’idée, « rien à foutre » est devenu « dans le respect des gestes barrières ». Je l’aime beaucoup celle-là. C’est quand on veut pouvoir faire comme avant le covid mais qu’on feint avoir pris conscience de la gravité de la situation et de notre responsabilité collective dans la possibilité d’une sortie de crise. Ceux qui disent ça n’ont en général aucune idée de quels gestes barrière ils vont mettre en place, au-delà de deux ou trois mesures symboliques, mais ils trouvent que ça fait bien. Cette pratique était un peu tombée en désuétude, mais heureusement Emmanuel Macron et Jean-Michel Blanquer sont là pour en raviver la flamme, en nous faisant croire au fameux protocole sanitaire mis en place dans l’Éducation Nationale. On n’est pas totalement inconscients : on ré-ouvre les écoles dans le respect des gestes barrière. Merci à l’Exécutif d’avoir ainsi apporté sa pierre à l’un des seuls édifices culturels encore ouverts (mais pas le moindre) : celui du foutage de gueule à la française. C’est beau…

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article